Oc Aussi

Blog lifestyle Metz : tendances, adresses, cuisine & découvertes

La forme de l’eau : petite sirène des temps modernes

La semaine dernière je suis allée voir le film, plusieurs fois récompensé, La Forme de l’eau (The shape of water). Il fallait que je vous en parle parce que cela faisait bien longtemps que je n’étais pas allée voir un film de ce genre au cinéma. Un film qui laisse cette sensation de joie en sortant de la salle. Voici en quelques mots les raisons pour lesquelles j’ai vraiment apprécié ce film, alors si vous vous reconnaissez ne tardez plus, le film est sortie le 21 février dernier.

Affiche film La forme de l'eau

Une histoire romantique

Le film aurait presque pu être un dessin animé où on se base sur les choses essentielles de la vie comme l’amour. Un amour impossible qui se construit tout en poésie dans un univers fantastique, un peu comme La Petite Sirène qui tombe amoureuse du Prince Eric mais qui ne peut vivre son amour car elle n’a pas de jambes comme lui. Le film met en opposition deux regards sur une créature marine, d’un côté vue comme un monstre par l’équipe scientifique et de l’autre regardée comme une personne égale. Cet amour impossible entre la créature et Elisa créée un équilibre entre le rêve et la révolte, celui de vivre un amour sans se soucier des différences et du regard des autres.

Des influences marquées

L’univers du film par moment m’a fait penser à d’autres films que j’ai aussi appréciés et qui pour moi ne ressemblent à aucun autre tellement ils sont singuliers. Je pense d’abord au Fabuleux destin d’Amélie Poulain avec le duo de la jeune femme très soignée et du vieux monsieur solitaire. Tout comme Amélie, Elisa porte un regard différent sur la vie et les choses qui l’entourent.

Scène film La Forme de l'eau

Le film m’a aussi fait penser à l’univers de The Grand Budapest Hotel car il est vraiment filmé comme un conte, ici on nous raconte une histoire sous-marine. On est embarqué par le jeu captivant du personnage principal et par ses différences. Surtout je me suis sentie émerveillée à chaque instant.

La langue des signes

Le fait que le personnage principal soit muet a aussi beaucoup joué dans mon appréciation. C’est un langage que j’ai étudié et qui me fascine. Malgré le fait que la langue des signes ne soit pas universelle, j’ai pu retrouver des signes de la LSF (langue des signes française). Je trouve cette langue belle à regarder et parfois tellement plus précise que nos mots (comme on dit une image vaut mieux que mille mots). Dans ce film on est au cœur de l’émotion et du ressenti. Le handicap n’est pas une barrière.

L’interprète, Sally Hawkins, a su montrer ses émotions sans la parole et affirmer ses idées à travers le personnage d’Elisa Esposito.

Comme lorsque je suis sortie du film La La Land (bien sûr dans un tout autre style), j’ai tout de suite eu envie de retrouver les musiques passées durant la séance. L’univers musical, un peu jazzy par moment, est relaxant. On se sent comme suspendu, blotti dans son siège au cinéma ou dans un bain chaud qui dure un peu plus de deux heures.

Langue de signes - film La Forme de l'eau

Je regrette de ne pas avoir vu le film en VO car j’ai pris l’habitude de regarder beaucoup (voir tout) en langue originale. Je trouve que de cette façon on est au plus près des émotions ou de l’histoire que l’on nous raconte. Aussi, j’aurais aimé pouvoir me mettre dans ma bulle mais mes voisins au cinéma étaient tellement enchantés qu’ils ont commenté chaque scène du film (comme à la maison). Mais ces petits inconvénients ne m’ont pas empêché d’apprécier le moment. La forme de l’eau est un film qui fait du bien et que je vous invite à voir (au cinéma si possible).

Revenir en haut de page