Oc Aussi

Blog lifestyle Metz : tendances, adresses, cuisine & découvertes

Entreprendre sa vie

Il y a 11 mois, lors d’une soirée où je n’avais pas trop le moral, mon chéri et moi évoquions la possibilité de changer de vie, de casser cette voie toute tracée du boulot-maison-bébé.

Aujourd’hui, les choses ont commencé à changer dans ma (notre) vie, alors je voulais rembobiner et prendre le temps de faire un état des lieux.

L'entreprenariat

Je n’ai pas de boulot donc pas de relief

11 mois en arrière j’étais en plein dans ma seconde période de chômage. Une période vécue comme un désastre car je ressentais trop le besoin d’être entourée de collègues et d’être dirigée. En bref être salariée quoi !

Décider d'entreprendre

A ce moment-là pour moi être salariée c’était avoir un but. Je n’arrivais à me motiver et à me contenter de mon travail que lorsqu’un supérieur pouvait en être satisfait. C’est de cette façon que je m’investissais toujours plus dans mon travail. J’avais besoin de cette dynamique. C’est de cette façon que je me sentais utile.

La plupart du temps seule à l’appartement, c’était pas la joie. Ces périodes « d’inactivité » portaient bien leur nom pour moi car je ne faisais rien, je n’avais envie de rien. Mes journées se résumaient à squatter le canapé, faire à manger, le ménage occasionnellement et bien-sûr passer une bonne partie de la journée à rechercher un emploi. Et tant qu’on y est, vu que je ne sortais pas ou peu, plus besoin de s’habiller ou de prendre soin de soi. J’ai adopté la tenue pilou pilou et le moral dans les baskets pendant 6 mois.

Plus les semaines passaient plus je désespérais de ne jamais retrouver un jour du travail. Je me dévalorisais. Traduisez : je ne trouve pas de boulot parce que je ne suis pas compétente.

Fin de contrat et fin de l’angoisse

Jusqu’au jour où le petit frère du graal (entendez le fameux CDI) a pointé le bout de son nez : un contrat de travail à durée déterminée !! YEEEEESSSS, c’était pour moi tellement inespéré et tant attendu que je ne pouvais être que joie.

J’ai donc repris, très heureuse, la voie du salariat pour quelques mois et par la même occasion une vie « normale » rythmée par un boulot que j’apprécie.

Puis ce contrat a pris fin, c’est le jeu. Habituellement cet arrêt d’activité est synonyme pour moi de déprime totale. Il faut dire que ma précédente expérience devait aboutir sur une embauche définitive. Je me sentais bien dans cette entreprise, avec ce service pour finalement apprendre le dernier jour de mon contrat que je ne serais pas gardée.

Mais pour la première fois je n’étais pas triste ! Forcément j’ai eu un petit pincement au cœur de quitter l’entreprise et les personnes que j’ai rencontrées mais je ne déprime pas.

C’est à ce moment là que j’ai décidé que ma vie ne tournerait plus autour de cette angoisse d’avoir un travail salarié.

Emprunter un autre chemin

Suite à la conversation (enfin l’une des conversations car elles ont été nombreuses depuis ces derniers mois) que j’avais eu avec l’amoureux, l’idée que nous n’étions pas obligés de nous installer confortablement dans une vie toute tracée me rassurait.

Se lancer dans l'entreprenariat

C’est fou comme on peut changer. Avant je me serais rendue malade à l’idée de devoir retrouver un job, de devoir tout recommencer, de savoir que j’allais à nouveau me sentir mal.

Aujourd’hui dans ma tête le salariat n’est plus la seule solution. Je ne vais pas trouver un CDI pour acheter une maison. Pas tout de suite. J’ai mis cette option de côté. J’ai d’autres envies. Et j’ai mis un certain temps avant de l’accepter.

C’est grâce à ma moitié, animé par l’entrepreneuriat depuis des années, que j’ose appréhender le monde du travail autrement et que je me lance, à ses côtés.

Se laisser la chance de réussir

Cette nouvelle aventure est à la fois excitante et effrayante. Entreprendre c’est croire en ses capacités, accepter de se tromper mais surtout être certain de ne pas regretter d’avoir tenté. Il y a 11 mois encore l’entreprenariat n’était pas envisageable sérieusement, je ne me voyais évoluer et progresser qu’en entreprise.

Débuter l'entreprenariat

Le décompte est lancé… Nous nous sommes donnés 6 mois pour mettre en place tout ce qu’il faut pour vivre de nos différentes compétences et se lancer à 100% dans l’aventure de l’entreprenariat.

Revenir en haut de page